Un peu d’histoire...

samedi 28 octobre 2006
popularité : 36%

Bodhidharma et le temple de Shaolin

En 480 ou 520, un moine nommé Bodhidharma quitta l’Inde pour s’installer dans le temple de Shaolin dans le Nord de la Chine. Durant 9 ans et devant un mur, il se livra à la méditation bouddhiste. Désolé du peu de résistance physique de ses élèves durant les exercices de méditation, il leur enseigna une série d’exercices physiques extrêmement durs axés sur la respiration sous le nom de Tach’Uan. Ce sont ces exercices, basés sur l’étude des animaux, qui sont considérés comme étant à l’origine de tous les arts martiaux et en particulier du kung-fu. D’ailleurs, le nom de certaines techniques et katas reprend encore aujourd’hui le nom d’animaux.

A son époque, le monastère de Shaolin acquit la réputation de former les plus redoutables guerriers de Chine grâce à l’association d’un entraînement intense, physique et psychologique, ce qui représente véritablement les fondements des arts martiaux.

L’enseignement de ces techniques a été et est toujours secret. Sa diffusion a été possible lors de l’invasion du temple de Shaolin qui a forcé les moines à fuir dans toute la Chine et donc à diffuser ces techniques. De nos jours, beaucoup de styles se disent toujours d’inspiration de Shaolin …
Bodhidarma qui est le 28ème descendant de Bouddha et fondateur du Chan … diffusa le bouddhisme en Chine. Le "Chan" est la traduction du Zen en chinois…

Pour comprendre la naissance des arts martiaux, il faut garder à l’esprit que tout s’est fait constamment sur base d’échanges avec la Chine, en mélangeant de manière permanente les exercices physiques et la philosophie.

De la Chine à Okinawa

Après avoir été importé de Chine, le karaté a été développé et perfectionné à Okinawa. Les plus grands experts (dont o sensei Funakoshi Gishin) proviennent d’Okinawa qui est une île située au sud du Japon. C’est à ce titre que le karaté est considéré comme un art martial d’Okinawa.

Il n’y a pas de trace écrite de la transmission de ces techniques à Okinawa qui est considéré comme le berceau du karaté tel qu’il est pratiqué aujourd’hui. Mais ce dont on est sûr c’est que ces techniques ont été apportées par les Chinois qui se sont installés sur l’île d’Okinawa.

Pourquoi est-ce que le karaté s’est développé sans armes ? En 1409, le roi Sho Hashi a unifié les territoires d’Okinawa et interdit la possession et l’usage des armes par crainte des révoltes populaires. 200 ans plus tard, soit en 1609, les armes ont à nouveau été confisquées par le gouvernement japonais. Cette interdiction a contraint les habitants à développer un mode de combat afin de pouvoir repousser les envahisseurs "à mains nues".

Pour ces raisons, les habitants d’Okinawa ont adapté les méthodes de combat chinoises reprises sous le nom de Okinawa-Te en développant des techniques de combat à mains nues (sans armes). Te signifiant "mains", Okinawa-Te signifiait donc les techniques de combat à mains nues d’Okinawa.

Les facteurs de développement du karate

De nombreux facteurs ont permis le développement du karate (initialement "To De" ou encore plus simplement appelé "De" par les okinawaïens) :

* Les nombreux échanges commerciaux entre Okinawa et la Chine ainsi que le lien de vassalité qui reliait les rois d’Okinawa à la Dynastie chinoise ; de ce fait, de nombreux habitants de l’île sont partis étudier un art martial chinois, puis, de retour, l’ont adapté.

* L’installation sur l’île d’Okinawa de 36 familles chinoises dans le but de faciliter les échanges culturels et commerciaux entre cette île et la Chine ;

* Le karate s’est sans doute également développé sur l’île d’Okinawa en réaction à l’interdiction faite par les Japonais aux okinawaiens de porter et de posséder des armes (après l’annexion au XVIè siècle de l’archipel par le Japon et l’installation du clan Satsuma). Ainsi, les Okinawaiens utilisèrent leurs mains en guise d’armes.

Deux grands courants sont apparus liés aux deux principales villes d’Okinawa : Shuri (—> shuri-te) et Naha (—> naha-te). Un troisième courant (—> tomari-te) s’est également développé, combinant certaines techniques des 2 précédents, s’expliquant en partie du fait de la situation géographique de sa ville d’origine, Tomari, située entre Shuri et Naha.

Entre le XVIIIe et le XXe siècle, du fait que la pratique de cet art était interdite par l’occupant japonais, les cours avaient lieu en secret, de nuit dans des jardins fermés.

C’est Maître Funakoshi qui introduisit le karaté en 1922 sur l’archipel nippon en réalisant une démonstration devant l’empereur du Japon. Il est considéré aujourd’hui comme le père du karaté moderne.

Ce fût Chojun Miyagi, le père fondateur du Goju-ryu, qui se présenta le premier l’examen officiel de Maître Bushido devant les autorités du Dai Nippon Butokukai, organisme d’Etat japonais créé dans le but de contrôler tous les arts martiaux du pays. C’était la première fois qu’un Maître de karaté faisait cette démarche. Il obtint le titre de Kyoshi, le plus haut titre qui sera jamais donné à l’époque à un Maître de Karaté présentant cet examen. Grâce à lui, cet art martial faisait, en 1935, sa véritable entrée dans le Budo japonais.

Le développement des techniques du karaté et leur enseignement s’est fait aussi grâce à des maîtres tels que Sokon Matsumura (1809-1901) et Anko Itosu (1832-1916). Ce dernier a véritablement développé une véritable pédagogie du karaté Shotokan-ryu, créant les 5 premiers kata de base (Eian shodan, Eian nidan, Eian sandan, Eian yodan, Eian godan), à partir d’un kata d’origine, très long : kosokun dai (ou kushanku dai ou encore, kanku dai en japonais).

En parallèle du karaté s’est développé le Kobudo (combat avec des outils agraires faisant office d’armes : tonfa, nunchaku, bo, jo...).

Comment s’est développé le kobudo ?

L’interdiction d’utiliser des armes à l’époque a été contournée par l’utilisation d’outils agricoles traditionnels. C’est ainsi qu’on retrouve parmi les armes traditionnelles d’Okinawa : le Bô (le bâton de l’éleveur), le nunchaku (utilisé pour battre le blé), le saï (sorte de fourche pour manipuler les bottes de foin), le tonfa (manche de meule) …

© Copyright auteur(s) de Wikipédia - Source : article Karaté sur Wikipédia - Cet article est sous licence GFDL